Ange du mois : Barchiel ; Démon : Léviathan ; Arbre : l'orme ; Fleurs : Le cyclamen ;  "Animal" : le cheval ; "Oiseau" : ? ; Pierre : l'améthyste, qui préserve des passions violentes.


Carte de Saint-Valentin envoyée par
le Duc d'Orléan à son épouse

Peu avant son exécution, Valentin, emprisonné, tombe amoureux de la fille aveugle de son geôlier (Comme quoi les origines des chansons traditionnelles et populaires sont souvent plus lointaines que l'on ne peut le penser). Grâce à sa Foi, dit la légende, il rend la vue à la jeune fille et lui laisse, avant de mourir, un mot d'adieu : "De ton Valentin" ...

Les noms de jeunes filles tirés au sort furent remplacés par des noms de Saints. Homme et femmes devaient s'engager, pour un an, à imiter la vie du Saint que le hasard leur avait attribué. En passant, il faut savoir qu'une majorité des ces Saints avaient mené une vie des plus turbulentes,

doux euphémisme, avant que leur "révélation" ne les remettent sur le Droit Chemin de la Canonisation. Mais l'on suppose aisément que la vie à respecter était celle de la seconde partie ...

Comme la mi-février était également l'époque où les jeunes Romains faisaient la cour à leurs

bien-aimées, on imposa la tradition d'envoyer à ces dernières, le 14 février, des cartes de voeux, qui furent baptisées : Cartes de la Saint-Valentin.

Au XVIe siècle cependant, Saint François de Sales tenta en vain de supprimer ce rite et de réintroduire le tirage au sort des Saints. Vers la même époque, les cartes de la Saint-Valentin se mirent à figurer Cupidon, fils de la Déesse de l'Amour Vénus, qui blesse les coeurs avec ses flèches.

 

Eloïse Mozzani + Olivier Dinant 2001-2002-2003-2004 © www.myrdhin.com